Au début, l’excitation, puis l’application, et ensuite… la panique ! Ce que je fais est vraiment horrible !!! Mais heureusement, je sais que c’est un passage obligé, que je traverse à chaque fois, et qui demande patience.

Les gens pensent en général que peindre est un pur plaisir, que les artistes passent leur journée à s’amuser devant leur toile. En ce qui me concerne, il n’y a rien de plus faux ! Enfin, pour être honnête, il n’y a rien de plus vrai pour la masochiste que je semble être… car c’est à chaque fois une victoire que d’être passé par là et d’avoir vaincu une fois de plus. Mais dans un second temps, seulement dans un second temps.

Au moment de l’acte de peindre, c’est une lutte interminable, violente, constante, qui ne s’achèvera qu’au moment de la dépose des armes totale.

Je me prépare doucement, je scrute le terrain, élabore une stratégie, trace les grandes lignes , imagine les premiers échanges avec cette toile… Qui d’elle ou de moi va remporter le combat ? Pour l’instant elle a l’air très sympathique, coopérative, je me sens en confiance, je raconte mon histoire, parle de ce que je connais, elle a l’air réceptive. Mais rapidement, une fois que j’ai raconté la sempiternelle histoire de ma peinture, je me rends compte du monologue lancinant et rébarbatif dans lequel je me suis embourbé. Ma toile n’est plus du tout réceptive. Il n’y a plus de saveur, pas de relief. Je m’arrête un instant, je prends du recul, et la sentence lourde tombe… inéluctablement…. c’est de la MERDE !!!

Le combat commence alors vraiment. Le doute, les tentatives, parler plus fort pour imposer son discours, rien n’y fait, je ne reprends absolument pas l’avantage ! Alors c’est la panique, le gros stress, la remise en question d’une puissance à chaque fois déconcertante. J’ai beau le savoir, je reste prise dans le tourbillon de ces émotions. Impossible de reprendre la main. Je me fige, je suis complètement désemparée. Je réclame un temps mort, je quitte le ring, j’ai besoin d’air. Affreusement besoin d’air. Ces milliards de pensées qui me hantent peu à peu se calment, attendent leur tour, ou mieux décident de ne plus surgir (merci pour ce répit). Je souffle un bon coup.

Je le sais. Je sais très bien ce que je dois faire. Reste plus qu’à le faire. Et le plus vite sera le mieux: baisser les armes, les déposer même complètement et agiter le drapeau blanc. Cesser de vouloir contrôler. Juste faire. Simplement faire. Et laisser la voie libre à mon cœur pour agir, pour ressentir, sans penser à l’après. Sans me demander incessamment si ce que je fais est bon. A partir du moment où c’est fait avec le cœur, ça ne peut être que bon, mais c’est tellement facile à dire ! Je dois déblayer le terrain pour ne laisser aucun obstacle à sa libre expression. S’il veut explorer de nouveaux horizons, pourquoi l’en empêcherai-je ? La peur, toujours cette peur qui nous paralyse est un vrai combat pour moi. Ce ne sont pas que de jolis mots pour raconter une histoire, c’est vraiment ce que je ressens à l’intérieur de moi lorsque je peins dans mon atelier chacune de mes toiles. Je me rappelle les expériences passées, je me remémore ces belles surprises qui sont apparues lorsque j’ai su vraiment faire le vide et ne rien chercher à prouver, alors ça me donne le courage, oui le courage, de le tenter à nouveau. Mais sans penser à la surprise, car nul ne sait si elle sera au rendez-vous. Et c’est ça qui est le plus beau.

C’était ici mon temps mort pour être capable de prendre du recul et entamer cette dernière phase aux infinies possibilités ! Drapeau blanc…

 


Ariane Baffie

A lire aussi

 

Pas peu fière !

Une commande dont je suis hyper fière ! Le challenge était grand, mais je crois que je n'étais pas seule à tenir mon pinceau... Mille merci Nadège Ferri - Life Coach pour la confiance que tu m'as apportée pour peindre la Sharon Stone de tes rêves.     J'en...

lire plus

En coulisses

Parce qu'un graffiti ne s'improvise pas (toujours), voici une petite photo pour vous illustrer la préparation pour un mur de 7m de long par 2,50m de haut environ:     - croquis rapide mais devant être le plus explicite possible pour que les clients se...

lire plus

Faire le mur

Vous souhaitez sublimer votre salon, votre chambre, votre salle de bain, voire même vos toilettes ? Créer l'émotion chez soi et la vivre au quotidien est une aventure précieuse ! C'est ensemble que nous élaborons votre projet, créons l'ambiance souhaitée, schématisons...

lire plus